Si vous avez décidé de fabriquer vous-même vos bougies, pour votre besoin personnel ou pour créer votre entreprise de bougies artisanales, vous devrez rapidement choisir la matière première : la cire. Évitez la paraffine, qui est issu du pétrole, et qui n’est pas écologique. La cire d’abeille (jaune ou blanche) est déjà plus écologique, en plus d’être la cire traditionnellement utilisée pour les bougies, et présente l’avantage d’avoir une légère odeur de miel, qui peut se marier à des huiles essentielles.

D’un point de vue rapport qualité / prix, il est fortement recommandé de privilégier la cire de soja, idéalement sans organismes génétiquement modifiés (OGM) et biologiques pour la confection de vos bougies maison. Quant aux fabricants de bougies, artisans qui souhaitent commercialiser leurs fabrications à une clientèle externe, l’argument de l’absence d’OGM, voire l’origine bio de vos bougies ou coulants pourra être un argument de vente décisif.

La cire de soja au meilleur rapport qualité prix : d’origine Européenne et sans OGM

En effet, les labels et certifications bio et sans OGM rassurent les consommateurs et futurs consommateurs qui souhaitent se tourner vers des produits de plus en plus sains et plus respectueux de l’environnement mais également pour leur santé. En effet, les OGM sont connus pour être les ennemis des aliments naturels. Les OGM sont des organismes animaux ou végétaux dont on a modifié le matériel génétique, afin de leur apporter une caractéristique nouvelle, en somme un nouvel ADN de l’aliment.

Si vous vous apprêtez à acheter de la cire de soja, voici quelques critères à privilégier :

  • une cire d’origine 100 % végétale sans additifs ;
  • une cire garantie sans OGM ;
  • une cire blanche et non odorante pour préserver l’odeur de l’huile essentielle parfumée ;
  • une cire sous forme de paillette ou de flocon pour le côté pratique lors de la fabrication des bougies ;
  • une cire ayant un point de fusion à basse température et un aspect crémeux.

Il est à noter qu’actuellement, suite à la pandémie de COVID-19, nous connaissons une grande pénurie de soja non-OGM. En effet, depuis plus de quatre mois, les filières de production de soja s’alarment au sujet du risque élevé de rupture totale des approvisionnements en soja non OGM. La Coopération Agricole Nutrition Animale et le Snia (Syndicat national de l’industrie de la nutrition animale) ont également tiré la sonnette d’alarme sur cette pénurie qui risquent considérablement. La prime sur le tourteau de soja non OGM qui s’élevait à 85 €/t fin 2020 et en début d’année a de ce fait connu une grande augmentation depuis mars 2021 portant ainsi la prime à 183 €/t au 1er avril 2021 et ne cessera  d’augmenter d’après les opérateurs. De plus, les fabricants d’aliments doivent payer environ 695 €/t pour obtenir du soja non OGM, contre 410 €/t pour du soja standard. Ce qui par conséquent se ressentira sur les prix de vente de soja et produits issus du soja dont la cire de soja.